Droit du Commerce et de l'Investissement international

Sept raisons d’inclure l’Amérique du Sud à votre plan d’affaires

1. Présence marquante des démocraties et de la primauté du droit

Lors des années quatre-vingt, les pays sud-américains ont mis un terme à presque vingt ans de régimes militaires et ont restauré la démocratie.

2. Croissance et stabilité économiques

Les pays de l’Amérique du Sud ont enregistré une croissance économique sans précédent grâce aux exportations de ressources naturelles et de produits agricoles et à une forte consommation intérieure. [1] Au Brésil, au Chili, en Colombie, au Pérou et en Uruguay, la croissance du produit intérieur brut (PIB) a été accompagnée par la stabilité économique, rendue possible à partir de l’adoption de mesures monétaires et fiscales visant à la réduction de l’inflation et au soutien d’une croissance durable. Ces cinq pays ont aussi reçu la plupart des flux de capitaux destinés à la région en fonction du climat propice à l’investissement créé par la prospérité économique et par des politiques favorables aux investissements étrangers directs. Les économies du Brésil, du Chili, de la Colombie, du Pérou et de l’Uruguay sont ressorties de la crise financière internationale de 2008 relativement indemnes et ont enregistré un taux de croissance moyen de 6,5 % en 2010 et de 5,5 % en 2011. [2]

Le produit intérieur brut (PIB) de l’Amérique du Sud a atteint 4,3 billions $ US en 2011. [3] Le Brésil représente 59,1 % de ce montant, suivi par l’Argentine (10,5 %), le Venezuela (8,3 %), la Colombie (8,2 %), le Chili (5,7 %) et le Pérou (4,3 %).

3. Des accords de libre-échange

Le Canada a signé des accords de libre-échange avec le Chili, le Pérou et la Colombie. Le Canada a aussi entamé des pourparlers avec le Mercosur, le bloc commercial formé par l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay, en vue d’un futur accord de libre-échange.

4. De grands marchés consommateurs animés par une culture de consommation dynamique

Avec une population totale de 396 millions de personnes, l’Amérique du Sud représente un marché consommateur prometteur pour les entreprises canadiennes. L’adoption de politiques d’inclusion sociale au cours de la décennie 2000-2010 a réduit la pauvreté et l’inégalité tout en stimulant la consommation intérieure. Au Brésil, qui abrite la moitié de la population sud-américaine, 40 millions de personnes ont grossi les rangs de la classe moyenne dans les dix dernières années. [4]

5. Un des plus importants exportateurs de produits agricoles et des producteurs de métaux et minerais les plus grands du monde.

Le Brésil est le principal exportateur mondial de viande bovine, de volaille, de sucre, de jus d’orange et d’éthanol. Ce pays est aussi le deuxième exportateur de soya, de bauxite et de minerai de fer au monde. Le Chili est le plus grand producteur mondial de cuivre. L’Amérique du Sud abrite aussi des gisements importants d’or, d’argent, de nickel, de pétrole et de gaz naturel.

6. Une source d’investissements étrangers directs de plus en plus importante

À mesure que les économies sud-américaines s’ouvrent à la concurrence internationale et augmentent leur participation dans la production globale, les entreprises locales se lancent sur les marchés internationaux afin de rester compétitives et d’augmenter leurs chiffres d’affaires. [5] Il en résulte que l’Amérique du Sud est devenue une source de plus en plus importante d’investissements étrangers directs. L’Argentine, le Brésil et le Chili sont à l’avant-garde de cette nouvelle tendance. À l’heure actuelle, les entreprises brésiliennes ont été les seules en Amérique du Sud à investir au Canada. Ces investissements se concentrent surtout dans le secteur de ressources naturelles.

Le Canada a beaucoup à offrir aux entreprises de la région : des coûts d’exploitation raisonnables, de faibles taux d’imposition des sociétés, le haut niveau d’éducation et d’expertise de sa main-d’œuvre, les institutions financières solides et un climat d’investissements favorable.

7. Participation active dans le système multilatéral de commerce

Le Brésil et le Chili se trouvent parmi les 23 membres fondateurs de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce de 1948 (GATT), le prédécesseur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le Pérou et l’Uruguay ont adhéré au GATT dans les années cinquante, tandis que l’Argentine y a accédé dans les années soixante. Ces pays ont eu une longue histoire de participation active aux négociations commerciales multilatérales. Aujourd’hui, tous les pays de l’Amérique du Sud font partie de l’OMC.

Comments are closed.